lundi 1 décembre 2008

1. Le fou d'amour

La troisième partie du billet précedent va venir mais aujourd'hui est l'anniversaire de la mort de Charles de Foucauld celui que j'ai moi-même surnommé "le fou d'amour" tant sa vie en témoigne!

Biographie :
" Charles de Foucauld, prêtre (1858-1916)CHARLES DE FOUCAULD (Frère Charles de Jésus) naît en France, à Strasbourg, le 15 septembre 1858. Orphelin à six ans, il est élevé, avec sa sœur Marie, par son grand-père dont il suit la carrière militaire. Adolescent, il s’éloigne de la foi. Connu pour son goût de la vie facile, il révèle cependant une volonté forte et constante dans les difficultés. Il entreprend une périlleuse exploration au Maroc (1883-1884).

Le témoignage de la foi des musulmans réveille en lui la question de Dieu : « Mon Dieu, si vous existez, faites que je vous connaisse ».De retour en France, touché par l’accueil affectueux et discret de sa famille profondément chrétienne, il se met en recherche. Guidé par un prêtre, l’abbé Huvelin, il retrouve Dieu en octobre 1886. Il a 28 ans. « Aussitôt que je crus qu’il y avait un Dieu, je compris que je ne pouvais faire autrement que de ne vivre que pour lui ».

" Un pèlerinage en Terre Sainte lui révèle sa vocation : suivre Jésus dans sa vie de Nazareth. Il passe 7 ans à la Trappe, d’abord à Notre-Dame des Neiges, puis à Akbès, en Syrie. Il vit ensuite seul dans la prière et l’adoration près des Clarisses de Nazareth.Ordonné prêtre à 43 ans (1901), il part au Sahara, d’abord à Béni-Abbès, puis à Tamanrasset parmi les Touaregs du Hoggar.


(Ermitage de Charles Foucauld, construit en 1911, sur le plateau de l'Assekrem à 2780 m, dans le Hoggar, à 80 km de Tamanrasset dans le sud algérien)

Il veut rejoindre ceux qui sont le plus loin, « les plus délaissés, les plus abandonnés ». Il voudrait que chacun de ceux qui l’approchent le considère comme un frère, « le frère universel ». il veut « crier l’Evangile par toute sa vie » dans un grand respect de la culture et de la foi de ceux au milieu desquels il vit. « Je voudrais être assez bon pour qu’on dise : Si tel est le serviteur, comment donc est le Maître ? ».Le soir du 1er décembre 1916, il est tué par une bande qui avait encerclé sa maison.Il a toujours rêvé de partager sa vocation avec d’autres : après avoir écrit plusieurs règles religieuses, il a pensé que cette « vie de Nazareth » pouvait être vécue partout et par tous. Aujourd’hui la « famille spirituelle de Charles de Foucauld » comprend plusieurs associations de fidèles, des communautés religieuses et des instituts séculiers de laïcs ou de prêtres". Extrait de Les évangiles au quotidien

Je l'ai surnommé "le fou d'amour" car il s'est totalement donné à Dieu et pour cela à vécu dans des conditions inimaginables! Pendant des années, dans le desert sud algérien, avec commes seuls compagnons les touaregs (quand passaient les caravanes) dont il connaissait parfaitement la culture et les moeurs.



Il à d'ailleurs traduit la langue touareg en écrivant un dictionnaire touareg (que je n'arrive pas à trouver) et Les chants touaregs chez Albin Michel.


"Fou d'amour" parce-qu'il n'à jamais cherché à faire de prosélytisme et acceptait et respectait la religion des autres.


Il était dans la totale abnégation.


Rappelons-nous ses paroles : " Il voudrait que chacun de ceux qui l’approchent le considère comme un frère, « le frère universel ». il veut « crier l’Evangile par toute sa vie » dans un grand respect de la culture et de la foi de ceux au milieu desquels il vit. « Je voudrais être assez bon pour qu’on dise : Si tel est le serviteur, comment donc est le Maître ? ».

Il vivait dans le plus grand dénuement, partageait sa nourriture avec ceux qui se trouvaient dans la précarité, avait donc à peine de quoi se substanter, parfois absolument rien, ni à boire, n'avait qu'une couverture la nuit pour se réchauffer (les nuits sont froides dans le desert), finit sa vie atrocement maigre, édenté mais vibrant d'amour pour le créateur.
Sa vie entière à été un acte de foi.

Il faut être fou... d'amour pour mener une pareille vie, et c'est bien le cas du Bienheureux Charles de Foucauld!

L'abbé Pierre parlait de la solitude des prêtres dans la Codillière des Andes? Que penser alors du desert...

C'est une sombre histoire de rivalité et de maladresse aussi qui à provoqué son assassinat par un groupe de Touaregs, un 1er decembre.

JE CORRIGE : Le 2 dèc 2008 : Quelque chose dans ma mémoire me semblait louche :

CE NE SONT PAS LES TOUAREGS QUE FOUCAULD CONNAISSAIT QUI L 'ONT TUé mais un parti religieux islamiste fanatique, hostile à la domination française, qui avait organisé un rezzou sur le bordj du « marabout chrétien » pour le convertir à l’Islam ou le tuer.

Gardons en mémoire l'amour qu'il avait pour le peuple Touareg et le respect que ce peuple lui a rendu à son tour.

Il était "fou d'amour" parce-qu'il s'est totalement abandonné à la confiance en Dieu!
Sa vie m'a toujours subjuguée...


Je faisais déjà allusion à lui dans http://fleurdecorailpassiongitane.blogspot.com/2008/06/2-raconte-moi-lalgrie-grand-mre.html
Pour mieux le connaitre, une réference, ce n'est pas la seule : "Charles de Foucauld" Jean-Jacques Antier, remarquable.


Mon Dieu, je m'abandonne à toi...

Mon Dieu, je m'abandonne à toi.
Fais de moi ce qu'il te plaira.

Quoi que tu fasses de moi, je te remercie.
Je suis prêt à tout, j'accepte tout,
pourvu que ta volonté soit faite, en moi, en
toutes tes créatures ;
je ne désire rien d'autre, mon Dieu.
Je remets mon âme entre tes mains ;
je te la donne, mon Dieu, avec tout l'amour de mon cœur,
parce que je t'aime et que ce m'est un besoin d'amour de me donner,
de me remettre entre tes mains, sans mesure,
avec une infinie confiance, car tu es mon Père.
Amen !
(Charles de Foucauld)




SUIVRE : http://fleurdecorailpassiongitane.blogspot.com/2009/01/6-dautres-peuples-nomades-menas.html

Enregistrer un commentaire