dimanche 28 février 2010

5. Merci à Tony Gatlif pour le film Liberté


J'ai été voir hier après midi Liberté de Tony Gatlif et je ne pouvais pas écrire ensuite.
Tout d'abord à cause de l'émotion et parce qu’il me fallait un temps d'arrêt, parce qu’il y avait un grand silence en moi, comme après une grande tension et un grand apaisement.


Je ne raconterais pas le film (il faut que les gens aillent le voir) et je conseillerais aux gens d'aller cliquer sur les liens que j'ai trouvé sur internet et posé dans le billet précédent. Les deux entretiens sont très importants.
Oui, le personnage de Taloche incarne bien l'âme tzigane dans toute son hypersensibilité, et pour cause, bravo à Tony Gatlif et à son génie!
Quelle remarquable interprétation que celle de James Thiérrée, dans ses moindres expressions ! Combien je l’ai ressenti d’une façon épidermique !
Bravo à toute l’équipe du film de toutes façons, à Marc Lavoine que j’ai découvert dans ce style particulier de film et qui est remarquable ! Ils le sont tous d’ailleurs.


Peut-être, alors qu’il en parle lui-même beaucoup dans ses entretiens, que Tony Gatlif aurait du mettre plus l’accent à la fin du film, lorsqu’est précisé sur l’écran le destin des héros, que ceux qui n’ont pas été déportés n’ont été libérés des camps en France qu’en 1946, soit un an après la fin de la guerre..J’aurais aimé voir une petite phrase brève à ce sujet (mais bon…)
Ayant sympathisé grâce à des gitans à la cause des Rrom pendant la deuxième guerre mondiale ainsi que leur situation en France sous le régime de Pétain (les camps) élément que j'ignorais pendant longtemps, j'avais aussi lutté par solidarité avec eux pour que tout cela se sache, je pensais aussi à Tony Gatlif, j'ai même prié, oui, je le dis, écrit à ce sujet selon mon inspiration, vu à quel point par exemple Abuelita du site/blog Notre Route se battait pour cela depuis des années, et voilà que le film était là, il était né ce film où pour la première fois quelqu'un à parlé de la déportation des tsiganes et des camps d'internements en France!

Tony Gatlif en est le précurseur !

Alors c’est comme si Gatlif avait mit de l’ordre dans les choses, comme si tout était rangé subitement, car sa voix a répondu à toutes les autres voix qui criaient et tout s’est calmé. Tout à concordé, tout était à l’unisson…. Merci pour les gitans.
Aux appels de ceux qui revendiquaient une reconnaissance, Tony Gatlif à apporté une réponse pleine de tendresse, de réalisme et d’amour sur une trame historique dramatique toujours dentelée d’humour (c’est du Gatlif !) où se joue le destin tragique des personnages.
Une question : Une réponse et le calme est là…
Et moi qui ne suis pas gitane, mais qui ai toujours lutté ou sympathisé pour les Droits de l’Homme, je suis apaisée que soit porté à l’écran des vérités dont on m’avait spoliée, on s’était vraiment moqué de moi (comme pour la remarquable émission « Les musulmans de France » où je n’ai pas été la seule à dire : mais ça, je ne l’avais pas su ! ») .
J'ai pleuré à la fin du film (je suis une émotive) mais j'étais surtout bouleversée par la naissance du magnifique film qu'est Liberté.
Car Liberté est un très beau film.


Le film de Tony Gatlif est un hymne à la liberté qui subsiste et persiste envers et contre tout, même avec ou à travers la mort... C'est l'essence même de l'âme tsigane, d'UNE âme tsigane, car dans ces circonstances, les tribus disparaissent derrière un sort commun.

Il est un hymne à l'intensité de la vie, à ceux qui savent vivre dans l'instant présent par choix ou par necessité...
Merci Tony Gatlif, merci pour la Vérité, merci pour avoir levé cette chape de plomb de silence sur ces faits,
Je pense que toute voix qui s'élève contre l'injustice finit toujours par se faire entendre, qu'à force de pousser une porte elle finit toujours par s'ouvrir,


et Tony Gatlif quoiqu’il se passe par la suite,

est le premier à avoir ouvert cette porte…


J’en suis encore comme sidérée…
Mais c’est aux gitans de parler…
Allez voir ce film il est trop important !
Je pense à ceux que j'ai aimés, je parle de gitans, qui ne sont plus là et qui auraient voulu voir un tel film! Allez, gageons que de là où ils sont... ........

Billet précedent : http://fleurdecorailpassiongitane.blogspot.com/2010/02/4-de-tony-gatlif-django-reinhardt.html

Suite : http://fleurdecorailpassiongitane.blogspot.com/2010/03/6-liberte-la-rafle-des-commentaires.html

Enregistrer un commentaire