mardi 2 février 2010

1. L'echo de l'Espagne

Petites mais sonores, on les emmène partout, et quand elles jouent elles vous interpellent comme un ultimatum à la fête, au chant et à la danse, on ne peut y échapper, elles sont l’âme nomade de l’Espagne !
C’est comme ça que je les perçois…
Petites, accompagnant souvent la sevillane, mais pouvant aussi s'intergrer dans de grandes morceaux de musique !

Maestro s’il vous plait :



Intermedio. La boda de Luís Alonso. J Gimenez. Lucero Tena
envoyé par solimusi


Elles ont aussi accompagné les plus grandes danseuses de flamenco, la plus grande!




envoyé par stillwave


Carmen Amaya, la reine des gitans :
" Née à Barcelone en 1913 et morte en 1963, fille du guitariste gitan El Chino, Carmen Amaya débute la danse flamenca à l'âge de six ans à Barcelone, puis à Paris, et finalement dans le cinéma. Elle tourne ensuite dans le monde entier.

Exceptionnellement explosive et anti-académique, sa danse est restée unique en son genre malgré toutes les tentatives d'imitation.

Mais, si comme bailaora , Carmen atteignait des sommets de pureté et de perfection, il ne faut pas oublier de signaler d'autres éléments complémentaires de son art inimitable, comme furent par exemple ses palmas ou battements des paumes utilisées dans le Flamenco. Des battements au son parfait, délivrés avec grâce, cadence ou rythme selon l'opportunité.



On ne peut non plus placer sous silence le claquement rythmé de ses doigts,


ni celui de ses castagnettes d'ivoire, comme taillées pour exécuter


de véritables filigranes de dentelles sonores.


Le chant fut une autre facette fondamentale de l'art de Carmen Amaya.


Lorsqu'elle chantait, sa voix brute, riche de couleurs authentiques et évocatrices, fluait avec une émotion captivante et une naturalité débordante, comme le montrent ses enregistrements.



Carmen Amaya est, sans l'ombre d'un doute, l'une des grandes figures mythologiques de l'art Flamenco "


" Les castagnettes (en espagnol, « petite châtaigne ») sont un instrument de musique à percussion idiophone, typique du folklore espagnol(castañuela), portugais (castanholas) et italien (maroni).
Elles sont généralement fabriquées en bois dur ou en ivoire et consistent en deux coquilles surmontées d'une « oreja » (oreille), percées, suivant les modèles, de deux ou trois trous, reliées entre elles par un cordon, dont les faces creuses s'entrechoquent.Les deux castagnettes ne sont pas creusées de manières égales dans leur concavité, ce qui donne un son différent. La hembra (femelle), est plus aiguë, tandis que la macho (mâle), possède un son plus grave, ce qui permet des variations de leurs sonorités, lorsqu'elles s'entrechoquent " wikipedia



Enregistrer un commentaire