mardi 22 septembre 2015

3. Au cœur du flamenco avec Paco el Lobo

J'adore l'ambiance de cette vidéo..

J'ai donc été assister à un concert de Paco le 6 septembre, à quelques kilomètres de Clermont-Ferrand, à l'Arthe café.
Tout était en place de telle façon que cela me laisse un souvenir impérissable.
D’abord le quotidien d'où je sortais, souvent cauchemardesque et qui faisait que j'étais heureuse de m'envoler.
Dès mon arrivée : Un portrait de Jean Ferrat dans la salle. Je me sentis bien !
L'ambiance était presque familiale..et puis Paco.

C'est très difficile pour moi d'écrire un article sur Paco el Lobo, premièrement parce qu'en ce moment c'est bien trop chargé d'émotions et puis parce que je ne suis pas savante. Je laisse la place aux connaisseurs du flamenco pour le faire, dans leur vocabulaire pro...Et cela ne manque pas..

J'ai déjà parlé de Paco dans ce blog. Je mettrais les liens à la fin.

Accompagné de sa guitare, il à raconté le flamenco comme je dis souvent, le tout ponctué de chants et d'humour.
Il y eut un moment qui m'à bouleversée, j'aurais presque pu pleurer; c'est lorsque qu'il à prit un verre et une petite cuillère et à entonné un martinete. Décidément, j'aime la voix humaine souvent a capella. C'est pour cela que j'aime aussi les chants corses... entre autre..

Maȟpíya Lúta - Red Cloud

Son spectacle à été pour moi à la fois familier et plein de surprises. Plein de surprises aussi bien dans sa teneur qu'au niveaux des émotions que cela déclenchait en moi.

Au moment où le flamenco et les indiens reviennent dans ma vie comme un cadeau du ciel, je ne peux le dire autrement, Paco el Lobo à interprété un chant sur un poème de Red Cloud, en tango flamenco...Musique de sa composition.
Ce qui m'à plu, c'est que Paco à prit bien soin de parler de Red Cloud en le nommant par son nom lakota. 

Voici le lien pour l'entendre  :
cliquer ou copier ce lien dans votre barre puis sur "chief red cloud"
http://paco-el-lobo.skyrock.com/player_music.html



Et pour parachever le tout, et bien, comme je disais, tout y était..

Georges Brassens aurait été ému et surtout emballé par l'interprétation de La mauvaise réputation à la façon Paco el Lobo.. A peine terminé, ce fut un tonnerre d'applaudissement et j'ai cru que j'allais exploser !
Extrêmement brillant...
Mais qu'est qui ne l'est pas chez Paco ?

Au retour j'ai eu droit, dans les bois, à un jeune chevreuil affolé qui fuyait presque devant mes phares. J'avais peur de l'écraser. Bien qu'ayant les vitres fermées et comme cela durait trop, je lui parlais et lui dit à un moment d'aller se réfugier dans le fossé. Coïncidence ? Il  le fit aussitôt.
Cela me rappela ce loup magnifique, surgissant d'un fossé et heurtant violemment la voiture où nous étions quatre, dans les bois du col de la Moreno, alors que nous allions à une réunion très tard en hiver, de l'ex association Amitié Franco Lakota Dakota. Véridique !!!
Le loup à fait un vol plané au-dessus de la voiture et est retombé mort derrière nous. La voiture absolument complètement défoncée et inutilisable...Gendarmerie, dépannage etc...

Comme je le disais, j'ai aimé atmosphère de cette vidéo ci-dessus, je suis contente de l'avoir trouvée...
Un Paco el Lobo hors de la scène, dans un cadre bucolique. Et cette vidéo me renvoie à mon enfance et mon adolescence. La campagne...

Un peu de biographie :
Passionné très tôt pour le Flamenco, il fréquente les fêtes et les tablaos où il fait la connaissance de vieux chanteurs.Initié au cante jondo par les maîtres Pepe el de la Matrona, Rafael Romero et Juan Varea, il se spécialise également dans le chant pour la danse, ce qui lui apporte une grande maîtrise du compas et des palmas.
Parallèlement, il étudie la guitare flamenca, et fait partie de nombreux ballets et compagnies flamencas, passages obligés pour compléter sa formation.
Il a au cours de sa carrière, crée plusieurs groupes au sein desquels il réunit des musiciens et des danseurs.
Comme professeur et musicien, il participe à de nombreux stages de danse, de guitare et de chant flamenco.

Invité par différentes formations, il s'intègre tout en respectant les traditions flamencas et explorant des voies nouvelles ". extrait de son site..

" Ce qui frappe d'emblée chez Paco El Lobo, c'est une virtuosité instrumentale étourdissante qui lui permet tous les rythmes, toutes les couleurs. C'est aussi une voix irréelle, comme surgie de la mémoire collective du flamenco. Elève de Pepe de la Matrona, Rafael Romero ou Juan Varea, il s'impose comme le digne héritier des légendes du flamenco, doté d'une connaissance phénoménale de cette musique aux richesses infinies ".

Un concert que je ne suis pas prête d'oublier...

Lien où j'ai certainement mieux parlé de Paco :

Enregistrer un commentaire