lundi 16 février 2015

2. A Francis. La vie, l'amour, la mort..

Francis : L'après midi de la fête de la Saint Valentin, je n'ai pas pu résister au besoin d'aller te voir une dernière fois.
Tu étais là, même si je savais que ce n'était que ta dépouille, et que ton âme était déjà partie..
 J'étais calme, puis je suis ressortie de l'hôpital, me suis dirigée vers ma voiture, me suis installée dedans,et j'ai un peu pleuré.
 J'ai perdu comme un ami,nous sommes quelques uns à avoir perdu comme un ami...Pour d'autres, un membre de la famille.
 Francis nous à quitté brutalement et l'église grecque orthodoxe de ma ville est consternée, tant on s'était attaché à lui, tant il avait fait pour elle, pour cette église..
Orthodoxe, catholique, protestant...Francis était comme moi et d'autres, un peu agacé et au-dessus de ces querelles et chrétien avant tout. Plus sympathisant d'un côté, soit, mais dans l'ouverture et la tolérance, dans le désir et il y réussissait fort bien, de rassembler des personnes de bords différents, de pensées différentes...Même des gens athées on s'en fou !
On lui doit beaucoup, de part son dynamisme, son sens de l'organisation, sa gentillesse, son charisme aussi fort que discret et je lui dois mon plus beau concert ( il y en à eut plusieurs ) je veux parler des chœurs de Crimée
En repartant de l'hôpital samedi, je constatais encore une fois le tourbillon de la vie. Nous étions le jour de la fête des amoureux, des gens s'aimaient, d'autres décédaient, d'autres naissaient.. La vie, l'amour, la mort s'entrecroisaient à une vitesse vertigineuse.
Francis : Je te rends ce petit hommage très modeste, mais je voulais le faire..
Dimanche à l'église, nous étions tous réunis et choqués par ton départ, mais ensemble...
 La vie, l'amour, la mort... Samedi soir je rédigeais sur la Saint valentin...
Qu'importe la religion : Ce qu'on vous demande lorsque vous arrivez de l'autre côté c'est combien vous avez aimé..
Lorsque je pleurais je me demandais en même temps pourquoi je pleurais : Je ne crois pas en l'au-delà, j'en ai la certitude !
Je devais me réjouir pour lui au contraire ! Mais... on pleure quand même....
C'était son heure... On ne peut rien y faire..

Tu nous manqueras Francis...

LA VIE, L'AMOUR, LA MORT   Les paroles de la chanson sont sous la vidéo..

Enregistrer un commentaire