dimanche 16 juin 2013

1. Bonne fête papa !

Bonne fête papa ! Bonne fête à tous les papas, encore ici ou dans l'au-delà..

Papa, pour te dire que je t'aime, et que ce que j'ai écrit dans le billet sur Barbara était exceptionnel, car à ce moment là, tu étais dépassé par la femme que je devenais, en fait, cela te faisait peur et puis d'autres choses que je n'ai pas dit mais qui t'inquiétaient à mon sujet. A juste titre..Alors si ce jour là tu avais pété les plombs comme cela, ce fut la seule fois.
Car tu n'étais pas du tout violent, je tiens à le préciser. Mais vraiment pas..

Bonne fête aussi à mon père géniteur Marc avec la Paix retrouvée à son sujet, maintenant.

Je sais que vous êtes vivants dans l'au-delà, Pierre et Marc, les deux frères....
C'est un petit peu compliqué mon histoire, mais bon...

Un très beau poème de Jean-Paul Sermonte :

LES MORTS

 Les morts ne sont pas morts, les morts vivent encore
Leurs tombent sont vides n’enfermant que des corps
Certains ont choisi l’ombre, ils errent et ils souffrent
Attendant un appel pour sortir de leurs gouffres.
Les autres que l’amour a libérés d’eux-mêmes LES
Je les sais près de nous et je sais qu’ils nous aiment
Ne vous lamentez pas, ne pleurez pas sur eux
Dans la lumière du cosmos ils sont heureux.

Les morts ne sont pas morts ; ils sont nés à nouveau
Ils sont dans un jardin et non dans un tombeau
Dans cet ailleurs si proche ils nous voient, nous entendent
Ils ne nous oublient pas, je sais qu’ils nous attendent
L’ami attend l’ami, l’amante attend l’amant
Et le fils sa mère et la mère ses enfants
Ne vous lamentez pas, près du fleuve de vie
Ils oublient l’errance des âmes asservies.

Les morts ne sont pas morts, ils sont près de vous
Je sais des soirs troublants où ils viennent vers nous
Leur vie est un firmament ruisselant d’étoiles
Chaque étoile est une âme évadée de sa toile
Ils ont si soif encor d’un amour infini
Pensez à eux car la vraie tombe c’est l’oubli
Ne vous lamentez pas, les pleurs sont des prières
Mais vos douleurs en font des âmes prisonnières.

Les morts ne sont pas morts un soir ils me l’ont dit.

Jean-Paul Sermonte (Le Lis et l’Ortie)


Papa, l'Algérie, Oran, MASCARA, la France.... Et le flamenco mon trait d'union... Je ne pouvais illustrer tout cela que par Tony Garlif dans le vertige des émotions



Te voilà papa, en haut de la plus haute dune de sable, près d'Oran...Tu étais bien jeune alors...


C'est l'écriture de ma grand-mère...
Liens précédents, ( mais il y en à d'autres ) :

Flamenco trait d'union où flamenco carrefour :
http://fleurdecorailpassiongitane.blogspot.com/2008/06/2-raconte-moi-lalgrie-grand-mre.html


http://fleurdecorailpassiongitane.blogspot.fr/2008/06/1-flamenco-flamenco-coeur-artificiel.html

et un essai que j'avais fait, en deux parties :
 http://fleurdecorailpassiongitane.blogspot.fr/2008/10/2-des-quatre-ingrdients-du-flamenco-1.html

Enregistrer un commentaire