mercredi 24 juin 2009

3. Brassens aussi et quelques autres...

Je ne veux pas innonder les lecteurs au sujet de la foi mais d'une part il y à de très belles vidéos de cantiques gitans, j'en poserais d'autres et d'autre part on arrive à la fin des apparitions de la Sainte Vierge à Bernadette Soubirous.

J'ai voulu beaucoup en parler sur ce blog puisque le paranormal et les gitans sont intrinsèquement liés dans ma vie, et parce-qu'il y à eu, et il y aura encore... beaucoup de phénomènes paranormaux non-dits ou pas assez, au sujet de Marie.
Aussi ce post est-il un peu spécial...

Vendredi 16 juillet 1858 dernière apparition :

Depuis le 7 avril, Bernadette n'a plus eut d'appartion. Ce 16 juillet en la fête de Notre-Dame du Carmel, elle ressent "l'appel intèrieur" qu'elle reconnait trop bien, et en cachette, car elle est "interdite de grotte" elle aussi, à 20 heures, encapuchonnée pour ne pas être reconnaissable, accompagnée de Lucile Casterot sa plus jeune tante, elle se précipite vars la grotte de Massabielle, du moins, en face, de l'autre côté du Gave (comme la première fois).

Elle est donc à distance de la grotte et la Sainte Vierge lui apparait:





"Il me semblait que j'étais devant la grotte, à la même distance que les autres fois, je voyais seulement la Vierge, jamais je ne l'ai vue aussi belle ! ". Ce sera la denière fois qu'elle la verra ici-bas.


Voici ce que je recopie d'un de mes livre :

" Un double symbole éclaire le sens de cet adieu silencieux :
D'une part la fête du Mont-Carmel : avant de quitter Bernadette, la Vierge insinue que sa présence et sa protestation, symbolisée par le scapulaire, demeurent, mais dans la foi obscure, désormais.
D'autre part, la distance : entre la voyante et la Vierge, qui, autrefois, "s'approchait" presque à la toucher, il y à cette fois les eaux du Gave et ces barrières dressées par les hommes :


" Que signifient les flots ? écrit saint Grégoire, sinon le monde d'ici-bas... le flux de la vie corruptible, et que figure le rivage, sinon l'integrité de l'eternel repos ? "


Le 16 juillet, Bernadette a devant elle une icône des vissicitudes qui la séparent du bonheur de "l'autre monde" : la palissade dressée par le commissaire figure les contradictions des hommes, et le Gave, les eaux amères de la souffrance et de l'agonie.


Ainsi les apparitions finissent-elles comme elles avaient commençées : à la première comme à la dernière, l'eau s'onterpose entre la voyante et la Vierge - une eau infranchissable... qui cependant sera franchie mieux que Bernadette n'osait l'espérer. Le 16 juillet, cette distance symbolique disparait un moment, en gage d'espérance :


" Je ne voyais ni les planches, ni le Gave. Il me semblait que j'étais à la Grotte sans plus de distance qu'autrefois. Je ne voyais plus que la Sainte Vierge."

C'est la dernière fois. Après cet épisode obscur, inaperçu, qui faillit tomber à jamais dans l'oubli, Bernadette réintègre définitivement la voie ordinaire. Elle s'éfface tandis que la Grotte, la source et les miracles passent au premier plan. Il faut que Lourdes croisse et qu'elle diminue. Après les oppositions, les nécessités du témoignage la mettent encore en vue, mais pour un temps. Le 4 juillet 1866, elle quitte Lourdes, "pour se cacher", et dès lors, l'Esprit Saint la guide dans les voies exemptes de tout prestige et de tout appareil extèrieur. Sa sainteté restera mystèrieusement voilée à son entourage."
Abbé René Laurentin, prêtre, théologien " Lourdes, récit authentique des appartitions" P 254/255 Edition Lethelleux, mai 2004.
A lire absolument.
On y vient à Brassens, on y vient...
Reprenons une très belle phrase de René Laurentin :
"Il faut que Lourdes croisse et qu'elle diminue."

Que Bernadette diminue...
N'est-ce pas se rappeller cette phrase de Saint Jean-Baptiste au sujet de Jesus :
« Il faut que lui il grandisse et que moi je diminue » (Jn 3,30) ?
C'est le même sens...


Car aujourd'hui 24 juin est la fête de Saint Jean-Baptiste
que j'affectionne tout particulièrement!

" NATIVITÉ de SAINT JEAN-BAPTISTE Solennité
"Cousin de Jésus, né de Zacharie et Elisabeth, il est appelé ""baptiste"" car il baptisait dans le Jourdain pour préparer le baptême dans l'Esprit.
L'Église, dit saint Augustin, célèbre ordinairement la vie des Saints au jour de leur mort, qui est, à proprement parler, le jour de leur naissance à la vie éternelle. La Nativité de saint Jean-Baptiste a été exemptée de cette règle générale, parce qu'il fut sanctifié avant de naître, dans le sein de sa mère, par la présence de Jésus-Christ, dans la visite que fit la très Sainte Vierge à sainte Élisabeth.

Saint Jean-Baptiste occupe dans l'histoire de l'humanité une place incomparable: il sert de trait d'union entre les deux mondes, il résume en lui tout l'Ancien Testament et prépare le Nouveau; il ferme la mission des prophètes et ouvre celle des Apôtres. "Prophète, apôtre, docteur, solitaire, vierge, martyr, il est plus que tout cela, parce qu'il est tout cela en même temps. Il réunit tous les titres à la sainteté, et, rassemblant en lui seul tout ce qui constitue les différentes classes des saints, il forme au milieu d'eux une classe particulière." (La Luzerne.) " extraits de Les évangiles au quotidien.


Ce que j'ai mit en gras est peut-être l'explication d'une question qui vient de se poser à moi en rédigeant ce billet : Comment articuler ce que dit Saint Grégoire sur l'eau : "les flots de la vie corruptible" avec l'eau qui devient incorruptible, dans le baptême, ou autre d'ailleurs ?
Jesus a été baptisé dans l'eau du Jourdain, qui est un fleuve pourtant...
N'ayant pas de théologien sous la main, j'ai même téléphoné à Alaxis qui en reflèchissant m'a dit que "baptiser" c'est mettre l'eau dans un récipient (ou dans les mains), donc immobiliser l'eau. Immobiliser voulant dire : dominer le flux.




Cependant, voyons l'ethymologie de l'appelation "Jourdain" :
" Le Jourdain (Jordan, issu de l'Hébreu Yarden qui veut dire la Rivière de la Peine, du Jugement, mais aussi Répandre la Vie, Descendre) est un fleuve du Moyen-Orient, qui a donné son nom à la Jordanie et à la Cisjordanie. Du mont Hermon à la mer Morte, le Jourdain s'écoule sur 360 km et sa vallée est la plus basse du monde puisqu'il rejoint la mer Morte à l'altitude de 392 m sous le niveau des océans. " wikipedia
Donc "répandre la vie, descendre".
Cela fait penser à l'Esprit Saint et à "Jean-Baptiste fut sanctifié avant de naître" : donc pour la religion chrétienne, le prêtre transmute l'eau, ok! D'où les deux sens que peut avoir l'eau ?
Celle qui est corruption et purification... ???
Je ne vais pas épiloguer plus ici, n'ayant eu cette année qu'un petit apperçu en étude, de l'Ancien Testament et pas encore assez du Nouveau.
Je voulais simplement comparer la phrase de Saint Grégoire citée par Laurentin, avec le baptême, questions sur l'eau...

Et les ablutions chez les musulmans, les boudhistes etc..?
Si jamais un théologien vient à passer par là et laisse un commentaire, cela ne sera pas de refus!
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

En fait la question que je pose ici n'est pas celle de la foi mais... d'un très grand oecuménisme, avant tout! Je ne sais même pas d'ailleurs si je formule ma question clairement! Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
A bientôt!

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit


Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit Et Tonton Georges lui aussi a reprit un très beau poème de Francis James pour le mettre en chanson! "La prière de Brassens"


Alors pour ceux qui aiment Brassens, vite, vite, reservez!
Le Gala des Amis de Georges, se déroulera cette année le 19 septembre 2009.
N'attendez pas pour réserver en téléphonant dès maintenant au : 01 46 82 69 65.
Cliquez sur l'affiche.
Voir aussi Hugues Aufray : http://fleurdecorailpassiongitane.blogspot.com/2009/07/blog-post.html

Enregistrer un commentaire